OIM

Créée en 1951, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) est l’organisation intergouvernementale chef de file sur la scène migratoire. Elle opère étroitement avec ses partenaires gouvernementaux, intergouvernementaux et non gouvernementaux. L’OIM pose le principe selon lequel les migrations s’effectuent en bon ordre et dans le respect de la dignité humaine et sont bénéfiques pour les migrants et la société. Pour cela, elle s’emploie à contribuer à relever concrètement les défis croissants que posea la gestion des flux migratoires, à favoriser la compréhension des questions de migration, à promouvoir le développement économique et social à travers les migrations et à œuvrer au respect de la dignité humaine et au bien-être des migrants. L’OIM déploie son action dans plusieurs domaines connectés à la migration, dont entre autre: migration et développement ; migration et sante ; migration et genre, migration et changement climatique ; droit de la migration, lutte contre la traite des personnes ; gestion intégrée de frontières ; politiques migratoires et recherche ; urgence humanitaires. Pendant les urgences humanitaires, uniquement en cas de situation de catastrophe naturelle et dans le cadre du IASC, l’OIM est l’agence en charge de la coordination de la réponse dans le secteur coordination et gestion des camps (CCCM).

L’OIM est une des agences partenaires du projet 16/6 et elle est responsable pour le volet retour du projet, incluant entre autre : l’enregistrement de la population déplacée des camps ciblés ; la mobilisation communautaire ainsi que l’information générale des bénéficiaires quant au fonctionnement du projet. Les équipes de l’OIM vérifient également que les maisons sélectionnées par les bénéficiaires, dans les quartiers de leurs choix, répondent bien aux critères de sécurité requis et offrent des conditions de vie digne. Chaque famille dispose d’une somme de HTG 20,000 afin de louer un logement pendant une durée d’un an. Si le prix du loyer est inférieur à cette somme, la famille peut garder la différence pour répondre à d’autres de ses besoins. En outre, elle recevra HTG 1,000 supplémentaires de la part des équipes de l’OIM afin d’organiser logistiquement son départ du camp (par exemple : la location d’un tap tap pour le transport des effets personnels lors du déménagement). Environ deux mois après le départ des familles des camps ciblés, l’OIM effectue des visites de suivi des bénéficiaires. Si la présence de la famille est confirmée dans le logement loué, celle-ci recevra un support additionnel de HTG 5,000, destiné à favoriser son retour durable dans la communauté (par exemple : Paiement des frais d’écolage des enfants, création ou reprise d’une activité génératrice de revenus). L’ensemble du processus de retour pris en charge par l’OIM prend également en compte les vulnérabilités spécifiques de certains bénéficiaires. Des équipes de travailleurs sociaux, de personnels de santé et de personnels spécialisés en matière de protection sont mobilisées, le cas échéant, pour apporter une assistance supplémentaire et individuelle, adaptée aux besoins des plus vulnérables.