16-6 reflète la philosophie du relèvement immédiat

Le Projet 16/6 s’est donc présenté comme un palliatif à cette triste situation. Dans ce contexte, la première étape consistait à faciliter le processus de retour dans les quartiers, de façon à démarrer l’opération de la réhabilitation de ces deniers. Ce retour aura été réalisé dans le respect absolu des Droits de l’Homme. Conscients des conséquences que peut générer la rupture des liens économiqueset sociaux, les habitants des camps ont la possibilité de choisir le quartier où ils veulent revenir, sachant qu’en règle générale, les couts de location dans ces quartiers sont habituellement inférieurs à 500 USD par an.

16-6 reflète la philosophie du relèvement immédiat, en combinant les principes de l’aide humanitaire avec la vision de long terme. La publication reconnue de Mary B. Anderson, « Do no harm », jette les bases pour que les actions de court terme mises en œuvre avec une vision d’aide humanitaire, ne créent pas de conséquences pires que les problèmes qu’elles parviennent à résoudre. L’accompagnement des familles dans le processus de retour des camps vers les quartiers ne doit pas empirer les conditions de vie déjà précaires des habitants qui ont décidé de rester dans les quartiers en question.

C’est donc pour cela que le projet établit que les habitants des camps aient la possibilité de négocier le prix de leur loyer, avec un plafond de 500USD. La limite de la subvention est basée sur le prix du marché. Le droit à négocier, qui permet à la famille de conserver la différence de prix a pour objectif : d’une part, donner aux familles bénéficiaires la possibilité de prioriser l’utilisation de leurs ressources et de l’autre, d’éviter que les prix des locations ne montent pas automatiquement à 500USD -ce qui pénaliserait les conditions de familles locataires des quartiers qui payaient un montant inférieur jusque-là. Les personnes déplacées dans les camps peuvent bénéficier de deux autres options : trouver un accord avec un propriétaire d’une maison endommagée ou détruite, faisant que celui-ci reçoive une subvention de 1,500USD pour réparer ou de 3,500USD pour reconstruire la maison ; ce qui leur donnerait droit à un loyer gratuit pendant respectivement trois à cinq ans. Dans 97% des cas, les familles ont opté pour la subvention à la location.

Comments are closed.