Subvention pour payer le loyer

Jusqu’à aujourd’hui, aucune famille n’a utilisé la totalité de la subvention pour payer le loyer, ce qui veut dire que plus de 11,000 familles ont pu trouver un logement à louer à un prix inférieur à 500 USD. Le processus établit que chaque famille soit accompagnée ; la zone et le logement vérifiés ; le contrat de location signé et approuvé par des témoins et que les coordonnées GPS de chaque maison soient enregistrées. Soit autant de mesures qui attestent qu’aucune nouvelle zone précaire n’a été créée.

Pour fermer ce chapitre, les familles reçoivent, en plus des 500USD qui seront en partie utilisés pour payer leur loyer, une subvention de 25USD pour se déplacer avec leurs biens, du camp vers le quartier, ainsi que 125USD huit semaines plus tard, pour faire face aux frais les plus pressants pour redémarrer leur vie et assurer la durabilité de leur installation.

Les activités qui ont pour but d’aider les familles à revenir des camps vers le quartier de leur choix ne représente que la première des quatre composantes du Projet 16/6. Cela a été répété à maintes reprises, mais pas encore suffisamment semble-t-il. Moins de 30% du budget du 16/6 a été alloué à cette composante, qui correspond à la réponse humanitaire, qui s’inscrit dans les actions de court terme, respectant le principe de « Do no harm ». Cependant, la vision de moyen et long terme se base surtout sur l’article 25.1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : “1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour lesservices sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.”

Depuis la formulation du document de projet, réalisée dans le souci du respect des Droits de l’Homme, celui-ci tend à jeter les bases d’une stratégie de long terme. Le Programme des Nations Unies pour le Développement, dans le premier Rapport de Développement Humain publié en 1990 établissait que « Les personnes sont la vraie richesse d’une nation » : c’est ce qui constitue le point de départ du projet 16/6, qui se veut être un témoignage du droit des personnes pauvres à vivre dans la ville.

Comments are closed.