Plan de Prévention de Risques

Les plans d’aménagement en question tiennent en compte dans leur conception les cartes des zonages réglementaires ; un exercice conduit par le Projet 16/6 au travers d’experts techniques conjointement avec les autorités nationales relatives, comme le Bureau de Mines, le Laboratoire National et le CINGS. Ces cartes établissent le niveau de risque auquel est exposé chacun des quartiers en termes de glissements de terrain, d’inondation ou de séisme. Cette analyse micro zonale permet d’établir quelle partie des quartiers peut être considérée comme une zone rouge ou orange, ce qui signifie que le retour dans ces zones est découragé étant donné que les familles y sont exposées à des risques très importants et que les travaux de mitigation des risques n’y seraient pas possibles ; les zones jaunes sont dites considérables, au sens où les habitants y sont exposés à un risque mais celui-ci peut y être réduit grâce à des mesures de mitigation comme la canalisation, le drainage, les murs de soutènement et des investissements que rendent la zone habitable ; et enfin les parties vertes ou les conditions actuelles sont correctes. Les cartes de zonage règlementaire sont accompagnées par un règlement qui établit les conditions de chaque zones et recommande les travaux et investissement à réaliser ainsi que les orientations techniques nécessaires, avec la vocation très claire de pouvoir être à terme convertit en norme (loi).

im2